Le cycliste est une lumière

et il serait temps que cela se sache.

(article ou à peu près -du même auteur- dispo aussi sur Bike-café)

Commencez par écouter ceci

 

En ce dimanche matin 16 septembre, je suis de bonne humeur. Deux jours que le #planvelo du gouvernement est annoncé. Aujourd’hui c’est ville sans voitures dans Paris. Il fait beau et le vélo va envahir les villes. Je ne vois rien de mieux que partager avec vous ce que la lecture de ce livre m’a inspiré. Une ode à la petite Reine.

Que celui ou celle qui n’a jamais déclaré sa flamme par écrit, à une période ou une autre de sa vie, passe son chemin. Qu’il enfourche sa monture et aille méditer sur son attitude passée et à venir. Pour les autres, restez avec nous.

Nous pourrions penser que notre époque envahie par les « Tinder », les élégants et efficaces (paraît-il) adopteunmec.com ne s’embarrasse plus de ce type démarche. Droit au But, semble être une devise qui n’appartient plus seulement à l’OM. Et pourtant, en cherchant un peu, on trouve encore des plumes, des auteurs capables d’écrire 150 pages pour déclarer leur amour. C’est ce que fait Olivier Haralambon dans son livre, aux accents autobiographiques, paru aux éditions Premier Parallèle sous le titre « Le coureur et son ombre ».

Le coureur et son ombre

Une magnifique déclaration d’amour au vélo, au cyclisme, à la course, aux compagnons de peloton avec qui, il a parcouru des dizaines voire des centaines de milliers de kilomètres au court de sa carrière de cycliste professionnel.

Olivier décrit avec beaucoup de justesse, de tendresse et de force la relation qui lie le coureur cycliste à son vélo, à la route, à la nature. Une relation complète, charnelle et physique « sans lui (le vélo) je suis stropiat », sensuelle « c’est à vélo que j’ai […] découvert ce que c’est de voir », sexuelle « ce vélo contracte encore ma langue lui qui me déniaisa un beau matin« ,  filiale et paternelle « aux pieds de leur fils, les pères étaient accroupis ».

Pour lui, « les meilleurs coureurs cyclistes comptent parmi les gens les plus intelligents, les plus subtils de l’espèce humaine », le vélo est l’une des plus belles invention de l’homme, il est « dépouillé, il est définitif et imperfectible » . Selon l’auteur si le cycliste (l’Homme?) existe ce n’est qu’à travers et grâce à son vélo. Le vélo façonne son corps, son cœur, son âme.

Régulièrement, les auteurs cyclistes évoquent la honte et les regards complaisants voir moqueurs de leurs semblables qui ont du mal à comprendre cette passion et cet univers (cf article  Les étoiles brilleront dimanche). Ce livre balaye d’un grandiose revers de la main toutes ces brimades et railleries que les cyclistes peuvent subir. Évidemment ce livre parle de cyclisme et de sport. Pour l’auteur les cyclistes ne sont pas des sportifs, ils sont bien plus que cela. Aussi par extension, j’oserais prêter ces pensées à l’auteur:

Tous ceux qui enfourchent une bicyclette, un vélo, un spad, un clou que ce soit pour rouler le dimanche, aller au bureau, se promener aux beaux jours peuvent être fiers. Fiers de leur monture, fiers de leur choix, fiers de leur richesse.

À ma connaissance, aucun objet ne peut se targuer d’avoir comme synonyme Petite Reine et ce livre « Le coureur et son ombre » hisse le cycliste sur le trône. Aux yeux d’ Olivier nous sommes tous les rois et reines du monde. Il ne nous reste plus qu’à convaincre les autres (et il y a un peu de boulot).

Si je devais émettre une critique, à chaque page, ou presque, j’ai dû ouvrir un dictionnaire pour saisir la définition d’un mot. Est-ce moi qui manque de culture littéraire ? ou l’auteur, qui cherche à prouver par les mots, que les cyclistes sont des êtres fins et cultivés ?  J’ai mon petit avis sur la question mais convenez que vous ne voyez pas tous les jours ces mots (pris au hasard):

Aquoiboniste, stropiat, taedium vitae, ténuité, glèbes, phlègme, amiboïde, exciper…

C’est un détail et finalement, Olivier, Le Petit Robert et le gros Raymond que je suis, vous remercions pour ces textes.

À qui l’offrir?: à son / sa conjoint(e) qui ferait mieux de faire preuve d’aquoibonisme vis-à-vis de votre amour du vélo. En refermant ce livre il/elle comprendra enfin pourquoi nous aimerions garder notre vélo avec nous dans notre chambre.

Je vous laisse, je vais faire un câlin à mon vélo.

Site web éditeur : http://www.premierparallele.fr/livre/le-coureur-et-son-ombre

Publicités

Un commentaire sur “Le cycliste est une lumière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s