du vélocipède au cyclisme…

… il n’y a qu’un tour de roues… et quelques génies visionnaires. C’est le voyage que vous propose les éditions Chistera avec ce livre

chistera

Article -ou à peu près- du même auteur en tout cas, que vous pouvez également trouver sur Bike-café.fr, ici donc…

On a coutume de dire que la vie est un cycle. Après avoir lu « le cyclisme théorique et pratique en 1893 » écrit par Louis Baudry de Saunier, texte réédité dernièrement par la maison d’édition Chistera, on serait tenté d’annoncer que le bicycle c’est la vie.

Ce texte qui a 125 ans cette année est d’une étonnante modernité lorsqu’il décrit l’avènement du vélocipède, lorsqu’il évoque « l’avenir du cyclisme » qui deviendra « probablement un sport quasi universel d’où les agonisants et les culs-de-jatte seront seuls bannis » (Même si n’en déplaise à Louis, les agonisants et les culs-de-jatte peuvent s’exercer au cyclisme moderne). Ce texte est aussi d’une autre époque et reflète parfaitement la société en cette fin de 19ème siècle. Les commentaires, au charme disons… désuets, sur le cyclisme au féminin, ou concernant les relations « Je t’aime moi non plus » avec nos voisins anglais sont savoureux et d’une fraîcheur qui va nous manquer de plus en plus en ces temps du politiquement correct, coûte que coûte.

Ce texte retrace l’avènement du vélo comme moyen de locomotion, comme discipline sportive. Cette vélorution ne s’est pas fait sans heurts et sans réticences des Politiques et des pouvoirs en place. Ce que nous appellerons aujourd’hui les Lobby.

L’Histoire se répète. En ville et à la campagne le vélo a remplacé au début du 20ème siècle le cheval, puis la voiture a remisé à la cave la bicyclette. Il semblerait qu’un mouvement de fond relègue la voiture au garage pour redonner ses lettres de noblesse au vélo comme outil de mobilité en milieu urbain en tout cas.

Ce texte de Louis Baudry de Saunier, est semble-t-il, le premier à utiliser le terme de cyclisme dans son titre. C’est finalement ici, que résonne toute sa modernité. Pas besoin d’avoir les mollets rasés pour savourer ce texte. Et si vous êtes un cycliste avertit, vous prendrez aussi beaucoup  de plaisir à lire les récits des courses de l’époque. Vous apprendrez que le maillot vert au Tour de France ne couronne pas le meilleur sprinteur mais le coureur proposant le « meilleur emballage final ». « l’emballage est la partie la plus importante de la course et celle d’où dépend ordinairement son issue;« 

En ce qui me concerne, vous l’aurez compris, j’ai été emballé par ce livre que j’ai lu, au train, et ne saurais que trop vous conseiller de l’ajouter dans votre liste des livres à lire.

Hasard de l’histoire? je ne crois pas. J’ai acheté ce livre chez mon vélociste, en 2018, situé 20 rue des Acacias à Paris, Kilomètre 0 pour le nommer. Cette même rue des Acacias abritait dans les années 1870 la Maison Meyer, dont vous pouvez retrouver un photo de sa production en lien ici: Vélocipède Meyer

les rues de Paris ressemblaient à cela à cette époque. Le tramway avait la forme d’une diligence

paris 1880
source: http://www.parisrues.com/ruesgen/paris-avant-00-ponts.html

 

Publicités

Un commentaire sur “du vélocipède au cyclisme…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s